Emploi des jeunes, une alternative existe

L’AFIJ (Association pour faciliter l’insertion professionnelle des jeunes diplômés) a constaté en octobre une chute de 32 % des offres d’emploi pour les jeunes sortant de l’enseignement supérieur, par rapport à octobre 2007. En nombre de postes, l’effondrement est encore plus brutal : 66 % sur la même période.

Suite à l’effondrement des marchés financiers, la contraction du marché de l’emploi semblait inévitable et était anticipée par nombre d’économistes. Cette contraction prend toute son ampleur aux extrémités du marché, et notamment à l’entrée sur le marché du travail. Les chiffres de l’AFIJ laissent présager de nombreuses difficultés pour les jeunes, quel que soit leur niveau de qualifications.

Hausse du chômage, pouvoir d’achat en baisse, précarité accentuée sont les conséquences directes d’une politique inefficace et de l’absence de volontarisme. Le Mouvement des Jeunes Socialistes dénonce la politique de l’autruche du gouvernement qui ne fait qu’empirer la crise de l’emploi par des contre-réformes comme le projet de report à 70 ans l’âge de départ à la retraite, projet en totale contradiction avec la situation dramatique sur le front de l’emploi.

Pour répondre à cette situation, il est temps d’apporter de vraies réponses. L’insertion professionnelle des jeunes doit être une priorité. Cela passe par un investissement plus important dans la formation initiale des jeunes. Par ailleurs, il est indéniable que le chômage n’a jamais autant baissé qu’à l’occasion des réductions du temps de travail hebdomadaire. Le partage du travail fait partie du partage des richesses, il est créateur d’emplois et de nouvelles richesses.

Le « travailler plus pour gagner plus » est un échec, il doit laisser place au travailler moins pour travailler tous et vivre mieux.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté(e) pour rédiger un commentaire.