En Tunisie, manifester est un crime !

Le Mouvement des Jeunes Socialistes apporte son soutien à Zakia Dhifaoui, membre du Forum démocratique pour le travail et la liberté (FDLT), parti légal d’opposition au pouvoir tunisien.

Nous dénonçons la peine d’emprisonnement infligée par la justice tunisienne à Zakia pour avoir participé à une marche pacifique de soutien au mouvement de protestation sociale dans le bassin minier de Gafsa, dans le sud ouest de la Tunisie. Cette condamnation vise à anéantir l’élan de solidarité avec les populations du bassin minier.

Depuis janvier 2008, la contestation s’amplifie. Elle a commencé avec l’occupation du siège régional de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) par de jeunes chômeurs, à Redeyef, suite aux résultats, jugés frauduleux, du concours d’embauche de la compagnie des phosphates de Gafsa (CPG), l’unique moteur économique de la région. Le mouvement s’est ensuite étendu. Chômeurs, lycéens et habitants ont multiplié les rassemblements et les actions contre la corruption du système local, la pauvreté, la flambée des prix et une politique de l’emploi injuste. Cette mobilisation est aujourd’hui soutenue à l’intérieur comme à l’extérieur de la Tunisie.

La condamnation de Zakia est le fait d’une justice partisane qui méprise les droits des citoyens. Un acte d’autorité pour empêcher l’opposition de s’exprimer. Une attaque contre la solidarité. Le combat pour la liberté et le respect des droits de l’homme est une priorité du Mouvement des Jeunes Socialistes. Aucune répression ne peut les étouffer. Nous soutenons la mobilisation pour la libération de notre camarade, Zakia.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté(e) pour rédiger un commentaire.