Flexi-précarité : l’appel jeunes

Sécurité pour le patronat, précarité et flexibilité pour les salariés :
NON au projet de loi sur la “modernisation” du marché du travail !

Le projet de loi sur la “modernisation” du marché du travail traduit dans les textes un certain nombre de dispositions issues de l’Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008, signé par quatre organisations syndicales à l’issue d’une très discrète “négociation” débutée en septembre dans un cadre et un délai préétablis par le gouvernement. La CGT n’a pas signé cet accord.

Deux ans après le mouvement ayant obtenu le retrait du CPE, qui contestait déjà la généralisation des contrats précaires que voudrait nous imposer le MEDEF, c’est désormais l’ensemble des travailleurs qui est la cible de ce projet de loi puisque les modifications du code du travail prévues auront aussi un impact sur les contrats déjà signés, tout en facilitant pour l’employeur la possibilité de modifier unilatéralement le contrat de travail.

Ce texte contient des reculs inacceptables :

- Allongement de la période d’essai (jusqu’à 8 mois dans certains cas);

- Nouveau contrat de travail précaire dont la durée serait ocnditionnée à la réalisation d’un projet;

- Séparabilité à l’amiable (faisant croire que n’importe quel salarié peut négocier son départ);

- Entraves sans précédent au droit d’accéder aux prud’hommes;

- Suppression de l’indemnité spécifique de licenciement économique.

Nous considérons que notre avenir mérite mieux que ça.

Dès maintenant, préparons une riposte d’ensemble et unitaire !

Une riposte s’impose

Nous, organisations de jeunesse politiques, syndicales et associatives :

- alertons et informons les salariés et futurs salariés sur le contenu de ce projet de loi et sur l’accord du 11 janvier

- exigeons le retrait de la loi sur la “modernisation” du marché du travail

- appelons les retraités, salariés, jeunes travailleurs, étudiants et lycéens à se joindre aux mobilisations qui seront organisées à l’occasion de l’examen de ce texte.

Cette réforme n’est pas une attaque isolée : elle s’inscrit dans la politique de démantèlement du droit du travail et de la protection sociale. Dans cettes logique, une renégociation de l’assurance chômage est également prévue pour le premier semestre 2008.

La volonté du gouvernement est claire et assumée : démanteler les droits sociaux issus de 60 ans de luttes sociales.

Premiers signataires :

AL, FSE, Génération Précaire, JCR, Jeunes Verts, JC, Jeunes CGT, JRG, MJS, SUD Etudiant, SUD Lycées 75, Zone d’Ecologie Populaire

Premier rendez-vous :

Meeting, mercredi 9 avril 2008 à 18h30, Bourse du Travail – Paris – M° République

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.