Lens-PSG: Bienvenue chez les hypocrites !

Le MJS condamne l’acte raciste qui a été commis dans le stade de France à l’occasion de la finale de la coupe de la ligue de football, Lens-PSG.

Comme à chaque fois qu’un tel fait se produit, les condamnations sont unanimes, mais les actes demeurent symboliques. Certains responsables de cette situation portent plainte pour se dédouaner de leur responsabilité.

Le sport est un miroir de la société. Le problème n’est pas celui du racisme dans le sport, mais bien celui de son expression plus ostensible.

Cessons les déclarations de bonnes intentions, agissons !

Il est de bon ton de condamner des actes « isolés ». Dans cette affaire, 70 personnes ont été impliquées dans le déploiement de cette banderole, devant 80000 témoins et des dizaines de caméras de surveillance. Il y a forcément une association de supporters derrière ce délit. Elle doit être dissoute comme toute organisation raciste.

Il est de bon ton pour les pouvoirs publics de déplorer ce genre d’actes. Le ministère de l’intérieur est responsable d’avoir mis en place un dispositif de sécurité trop léger, incapable d’empêcher l’introduction d’une telle banderole, et incapable par ailleurs de prévenir les violences d’avant et après match à l’encontre de supporters lensois.

Il est de bon ton de présenter les clubs comme des victimes. Pourquoi ces délits impliquent toujours des matches où l’on trouve systématiquement les mêmes clubs ?

Il ne faut plus se contenter de nécessaires sanctions sportives. Il faut que les clubs soient sanctionnés financièrement. La dotation de deux millions d’euros versée au vainqueur de la coupe de la ligue ne doit pas lui être attribuée, mais versée à des associations de prévention contre le racisme.

Combien de fois tout cela doit encore arriver pour qu’enfin soient prises des mesures efficaces ? La balle est dans le camp de Bernard Laporte.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.