Tract: Nous refusons de fermer les yeux

Le MJS dénonce la politique conduite par Nicolas Sarkozy,qui s’attaque à la dignité des étrangers, aux libertés , fondamentales et aux principes qui fondent notre république.

- En supprimant les régularisations de plein droit, le gouvernement
pousse les sans-papiers vers la clandestinité à perpétuité.

- En s’attaquant au regroupement familial et aux mariages mixtes qu’elle présente comme de l’immigration subie, la droite continue de faire le lit des thèses d’extrême droite et attise la xénophobie dans notre pays.

- En précarisant toujours plus les droits des travailleurs saisonniers, en créant un nouveau titre de séjour calqué sur la durée du contrat de
travail, le gouvernement se met à disposition un stock de travailleurs
étrangers corvéables, qui vivront dans la crainte d’être expulsés, c’est la légalisation de l’esclavage moderne.

Aujourd’hui la droite va chercher les jeunes scolarisés sans-papiers dans leurs établissements, allant jusqu’à demander aux rectorats d’établir des listes d’élèves expulsables comme aux heures les plus sombres de notre histoire, à traquer les sans-papiers dans les administrations, les hôpitaux.

Le MJS pour une politique qui défend la dignité des hommes et des femmes qu’ils soient immigrés ou non :

- Pour une régularisation de tous les sans-papiers, laquelle s’accompagnera d’une conférence des partenaires sociaux en faveur de l’insertion, de l’emploi et du logement

- Pour un service public d’accueil des immigrés

- Contre le pillage des cerveaux des pays du Sud et pour l’augmentation de l’aide au développement et une nouvelle politique de coopération

- Pour le droit de vote des étrangers résidant en France à toutes les élections

- Pour une politique de l’immigration basée sur des droits contre l’arbitraire développé depuis 2002 (facilitation de l’accès à la carte de résident et à la naturalisation, accès aux soins universel…)…

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.