Nicolas Sarkozy instrumentalise le devoir de mémoire

Profitant de sa tournée municipale de soutien aux rares candidats qui font encore appel à lui, Nicolas Sarkozy, en hussard noir du cynisme, a livré un discours sur l’école primaire à Périgueux.

A défaut d’une vision claire et cohérente de l’école qui permettrait à tous les jeunes de préparer leur avenir, les Françaises et les Français ont eu droit à une discussion de comptoir
sentant bon la craie et le tableau noir, ponctuée de quelques références au travail « formidable » des enseignants afin de rattraper les comparaisons fâcheuses entre les instituteurs et les curés.

Le ton bon enfant ne cache pas la supercherie de ce discours.

Comment réduire l’échec scolaire en supprimant 17000 postes ?

Comment réduire la sélection sociale qui gangrène notre système éducatif en mettant en concurrence les établissements par la destruction de la carte scolaire ?

Comment faire respecter les symboles de la République alors que le Président insulte chaque jour les principes qui la fondent ?

Comment enseigner les principes de respect et de politesse alors que Nicolas Sarkozy promeut une société de l’humiliation et l’individualisme forcené, qui livre chaque jour un peu plus les jeunes à la brutalité d’un marché débridé ?

Enfin,selon la conception de Nicolas Sarkozy, devra-t-on demain en CM2 porter la mémoire d’un enfant victime de la Shoah, en 6ème celle d’un enfant mort en esclavage, en 5ème celle d’un enfant Rwandais ? Le devoir de mémoire est nécessaire. En faire un outil de propagande pour Président aux abois, c’est déjà le bafouer.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté(e) pour rédiger un commentaire.