C’est de notre avenir dont il est question

Puisque c’est de notre avenir dont il est question, le MJS entend s’opposer par tous les moyens à la réforme purement idéologique, stigmatisante et sans négociation des régimes spéciaux de retraites que propose François Fillon.
Pour le Mouvement des Jeunes Socialistes, si la réforme des régimes spéciaux est une nécessité, évolution ne doit pas rimer avec régression.

Le MJS rappelle que certains régimes spéciaux ont été proposés comme contre-parties à des salaires inférieurs et des conditions de travail plus difficiles dans certains secteurs comparés à d’autres, dans ce cas le contrat social passé à l’époque ne saurait être trahis aujourd’hui.
Dans le même temps, si des régimes spéciaux adossés à des professions dont la pénibilité s’est largement décrue ces dernières années méritent négociations, d’autre professions demandent dès maintenant une spécialisation du régime.
C’est, notamment le cas pour les emplois à forte mobilité, pour les parcours professionnels entrecoupés d’interims et de CDD et pour tous ces jeunes entrés dans l’économie de service (restauration rapide, centre d’appels, aide à la personne…) normés par les impératifs de flexibilité et de productivité provoquant l’émergence massive de maladies musqulo-squelettiques et de troubles du comportement.
Par ailleurs, le MJS rappelle que la seule analyse en terme de coût est de l’ordre de l’escroquerie intellectuelle.

Quand le montant des exonérations sociales atteint dans notre pays près de 24 milliards d’euros et que le « paquet fiscal » à lui seul, doublement des déductions d’intérêts d’emprunts inclus, représentent le montant exact des besoin de financement de nos retraites à l’orée de l’année 2010, soit 18 milliards d’euros, l’annonce de Fillion apparaît comme une spoliation.

Il est temps de faire preuve d’un peu de bon sens en la matière et de discuter d’une
réforme juste et équilibrée utilisant les seuls trois véritables leviers à notre disposition afin d’assurer la pérennité du régime de retraite. Soient la durée de cotisation, le montant et la structure des contributions et le taux de remplacement.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté(e) pour rédiger un commentaire.