Le MJS dénonce la volonté de Nicolas Sarkozy de mettre en place un numérus clausus à l’entrée à l’université.

En proposant que « Le nombre d’étudiant dans les différentes filières (dépende) des réalités du marché du travail », Nicolas Sarkozy propose le retour d’une vieille lune de la droite : le numérus clausus à l’entrée de l’université.

Alors que la France ne parvient déjà pas à porter 40 % d’une classe d’âge à un diplôme de l’enseignement supérieur, Nicolas Sarkozy veut fermer plus encore les portes d’universités que sa majorité a sacrifiées pendant 5 ans.

Nicolas Sarkozy a beau se draper dans des précautions lexicales en déclarant que « chaque bachelier aura sa place à l’université », il ne trompera pas une génération qui s’est déjà battue il y a un an pour préserver son droit à l’avenir. Vouloir limiter de façon rétrograde le nombre de places offertes à l’entrée à l’université, c’est remettre en cause la loi Savary qui permet à chaque bachelier de s’inscrire dans la filière de son choix.

Le résultat de ce genre de dispositifs montre ses limites en médecine : le numérus clausus renforce la sélection sociale dans les études médicales et conduira à un déficit de professionnels de santé dans les prochaines années.

Pour préparer l’avenir, l’enjeu est différent. Pour préparer les batailles de l’intelligence de demain, il nous faut former le plus grand nombre de jeunes possible et combattant les inégalités sociales, en accompagnant plus efficacement dans l’accès au savoir comme le propose le Pacte présidentiel de Ségolène Royal.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.