“Continuer à aller parler aux jeunes”, interview de Razzye Hammadi à Libération

Le président du Mouvement des jeunes socialistes (MJS) se félicite que Ségolène Royal arrive en tête chez les nouveaux inscrits et explique comment il compte mobiliser les jeunes en vue du second tour.

Razzye Hammadi est président du Mouvement des jeunes socialistes (MJS). Il analyse le premier tour de l’élection présidentielle chez les jeunes et détaille la stratégie du second tour pour la gauche.

Comment se sont comportés les jeunes lors de ce premier tour de l’élection présidentielle?
Nous avons là des citoyens à qui il faut s’adresser en priorité. Car l’abstention, même si elle a été faible, a touché en priorité les 18-24 ans. Un jeune sur quatre s’est abstenu dimanche. Il faut donc continuer à aller leur parler, c’est notre rôle primordial. Le MJS va organiser deux événéments à destination des jeunes dans l’entre deux tours. D’une part un grand concert de mobilisation et, surtout, nous voulons mobiliser les jeunes travailleurs autour du 1er mai. Nous avons tout de même une énorme satisfaction, Ségolène Royal arrive largement en tête chez les nouveaux inscrits, notamment lorsqu’ils sont jeunes.

Qu’allez vous leur dire pour les convaincre de voter Ségolène Royal au second tour?
Il s’agira moins de fournir un discours de tranches d’âges qu’un discours de génération. Aujourd’hui, l’opposition à Sarkozy qu’affichent les plus jeunes est sans doute l’expression d’une frustration du présent qui se retrouve dans toute la société. Les aspirations des plus jeunes ne sont pas contradictoires avec celles des autres électeurs. Nous devons continuer à parler à leur double aspiration: sociale d’une part, comme l’ont montré les mobilisations contre le CPE et pour la défense de l’éducation. Et démocratique, quand on voit comment les jeunes électeurs se sont mobilisés lors de la campagne sur le traité constitutionnel européen, ou l’explosion des nouvelles inscriptions sur les listes électorales.

La campagne du second tour va-t-elle se transformer en référendum anti-Sarkozy?
Il ne s’agit pas que de voter contre. La gauche sociale et démocratique ne se résume pas à de l’anti-droite. Sarkozy a parlé à une France figée dans ses frustrations. Nous, nous voulons avec Ségolène Royal montrer qu’on peut amener le changement sans la brutalité. Dimanche, beaucoup de gens ont voté en fonction d’un certain mal de vivre. A nous de les convaincre qu’un mieux vivre ensemble est possible.

Ce sera donc projet de société contre projet de société?
Oui, il faudra aussi passer un nouvel appel à l’engagement. Nous avons en face de nous une génération à qui on a dit de voter pour changer les choses. Il faut continuer à les pousser à se mobiliser sous peine de faire naître de grandes frustrations au regard d’une mobilisation démocratique qui jusque là a été extraordinaire. Il faudra aussi parler aux parents et aux grands parents de ces jeunes. Car nous ne voulons pas d’une France coupée en deux, entre les anciens et leurs propres enfants.

[Libération.fr->http://www.liberation.fr/actualite/politiques/elections2007/249383.FR.php]

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.