Le MJS refuse la banalisation de Le Pen

Aucune réaction. Rien.
De “Durafour crématoire” à “la chasse au chapon dans le quartier du Marais”, lundi 5 mars, Jean Marie Le Pen, invité de Nicolas Demorand, sur France Inter, nous a offert un véritable florilège de mots, d’allusions et
d’inepties lepenisantes.

Le dispositif banalisant la présence de l’extrême droite dans le paysage politico-médiatique est apparemment bien rodé.

Le MJS s’inquiète de cette situation qui annonce un 1er tour de l’élection présidentielle de tous les dangers. Sans que personne ne s’émeuvent.

Les appels du pied de la droite dite de gouvernement (ce même lundi un conseiller général de l’UMP, illustration d’une droite que ses leaders voudraient “décomplexée” a annoncé qu’il donnait son parrainages à Jean Marie Le Pen) sur la question des signatures comme par le biais de ses positions sur les questions d’immigration ou d’insécurité renforce cette même inquiétude.

Le MJS refuse cette banalisation, s’apprête à lancer une grande campagne de mobilisation autour de l’explication du programme libéral, sexiste et xénophobe du FN et lance un appel (“L’Appel du 22 avril…pour empêcher l’histoire de bégayer”), qu’il diffusera sur son site dès Jeudi.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.