Le MJS s’opposera à toutes les logiques visant à créer un système de santé à plusieurs vitesses

Le Mouvement des Jeunes Socialistes dénonce la tentative de hold-up des labos sur l’argent des assurés sociaux, cachée derrière la volonté de libéralisation de l’automédication souhaitée par le rapport Coulomb-Baumelou, qui doit être remis au ministre de la Santé au début de l’année.

En évoquant 2,5 milliards d’Euros d’économies réalisables pour l’Assurance Maladie, les laboratoires pharmaceutiques vendent la mèche du marché de dupes qui consiste à offrir au patient la liberté … de payer ses médicaments sans être remboursé et sans avoir la garantie d’être bien soigné.

La politique de déremboursement des poudres de perlimpinpin se ferait aux seuls frais des assurés sociaux, qui, abreuvés de publicités pour ces « médicaments », seraient encouragés chaque jour à devenir des consommateurs fidèles de gélules, sans suivi sérieux, plutôt qu’à rentrer dans le cadre d’un vrai parcours de santé.

De nombreux patients renoncent déjà à la consultation médicale faute de moyens financiers, en particulier chez les jeunes (23% des étudiants renoncent à des soins faute de moyens).

Si une part d’automédication est souhaitable, sa généralisation correspondrait à l’abandon des missions de la médecine générale, déjà affaiblies par la diminution du nombre de professionnels, avec le risque à terme que toute une partie de la population n’accède plus à un médecin que trop tard pour endiguer certaines pathologies.

Le médicament n’est pas un produit comme un autre. Les risques sanitaires liés à une mauvaise utilisation entraînent chaque année des milliers d’hospitalisations. La volonté des laboratoires pharmaceutiques de banaliser sa consommation ne correspond qu’à une volonté mercantile et risque d’amplifier les phénomènes de surconsommation médicale.

De plus, une telle mesure serait en contradiction totale avec les discours du ministère concernant l’information médicale partagée entre les professionnels de santé puisque aucun suivi sérieux de la consommation médicale ne serait plus possible pour le médecin traitant.

Le MJS s’opposera à toutes les logiques visant à créer un système de santé à plusieurs vitesses. Une politique de santé responsable passe par un meilleur accès au soin et à la santé des populations les plus fragiles. C’est le sens de la proposition des socialistes de mettre en place une carte de santé jeunes permettant l’accès à la prévention et à la consultation générale pour les 15-25 ans et de créer 500 maisons de santé sur tout le territoire.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.