Quand les chiffres de l’OND annoncent une loi de provocation de la délinquance

L’édifice sécutaire élevé par Nicolas Sarkozy depuis 2002 grâce à un
savant mélange de populisme pénal et de démagogie systématique n’y a
rien fait. Sa politique de répression fondée sur la désignation de
cibles pénales évidentes (prostituées, nomades, étrangers, mineurs..)
subit aujourd’hui la confrontation des chiffres. La crédibilité du
Ministre de l’Intérieur est de nouveau largement entamée au moment où
les parlementaires examinent le 6ème texte répressif de la mandature.

L’Observatoire national de la délinquance (OND) révèle ainsi que
d’octobre 2005 à septembre 2006 les violences dites gratuites ont
augmenté de près de 10%, celles commises contre “les dépositaires de
l’autorité” ont connu la même explosion statistique (9,78%) et les vols
avec violence ont progressé de 5,62%.

Sarkozy n’a eu de cesse de traquer et d’interdire le dialogue entre les
corps de police et les jeunes. “Votre rôle n’est pas de jouer au
football avec les jeunes des quartiers, mais de vous mettre au travail”
avait-il lâché devant caméras et micros le 3 février 2003 à l’adresse
des policiers Toulousains qui avaient créé, au bout de plusieurs années
un dialogue avec les jeuens des quartires sensibles de la ville rose.

Ces textes répressifs ont produit l’effet inverse à celui prétendument
recherché. Cette abondante législation répressive n’a eu pour effet que
de donner des gages à l’extrême droite et de restreindre le champ des
libertés individuelles et collectives. A peu de frais, le lepénisme
rampant est ainsi devenu du sarkozisme affiché.

Loin de prévenir, la nouvelle loi n’aura pour effet que de provoquer la
délinquance et on est légitimement en droit de se demander si ce n’est
pas le véritable objectif d’un ministre à l’Intérieur mais candidat à
l’extérieur.

Le Mouvement des jeunes socialistes interpelle l’ensemble des
républicains et demande solennellement au Président de la République
d’agir pour stopper la frénésie pénale et le délire sécuritaire de son
gouvernement. Nous en appelons à la conscience parlementaire pour
refuser cette loi qui n’a qu’un seul objectif : mettre le feu aux
poudres.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.